Les nouvelles orientations agricoles de la Région : l’impact pour le Réseau

Depuis les dernières élections régionales, de nouveaux élus ont pris en charge les dossiers de financements des associations œuvrant dans le monde agricole. Notre plus gros financeur a décidé de réorienter sa politique agricole dès cette année 2016, remettant ainsi en cause les conventions de financements négociées avec la précédente équipe. Nous avions une convention sur trois ans 2014 – 2016 nous assurant un financement d’environ 100 000 euros annuel, selon le volume de nos activités. Nous devons représenter un nouveau dossier de financement pour la fin mars. Nous avons été avertis d’une baisse conséquente de notre subvention, dans une fourchette comprise entre 30% (au mieux) et 80% (au pire) de celle qui était alors négociée.

Cela nous oblige à accélérer les décisions que nous avions prises dernièrement pour consolider le financement de notre association (se référer au compte-rendu de notre AG du 12 décembre dernier). Obligation d’augmenter notre part d’autofinancement et nécessité de diversifier la source de nos financements potentiels font partie de nos objectifs prioritaires.

Dans le cadre de la consolidation de notre part d’autofinancement (les adhésions des amapiens, des AMAP et des paysans), nous avons voté une augmentation en décembre dernier. Mais nous la voulions mesurée et progressive en laissant le choix aux AMAP et aux paysans de moduler celle-ci selon trois niveaux d’adhésion. Nous vous appelons donc en ces temps difficiles pour en discuter dans vos AG et prendre les décisions qui s’imposent en choisissant autant que vous le pouvez un montant d’adhésion élevé si vous souhaitez continuer à avoir un réseau avec des moyens opérationnels. La vitalité du réseau ne repose pas uniquement sur ses salariés, mais ils sont la cheville ouvrière de nos actions et de notre projet. Projet que nous sommes en train de construire, il appartient à chacun d’y contribuer en nous disant maintenant ce que vous attendez du réseau. Vous pouvez donc rejoindre le réseau en devenant membre actif car : les forces militantes et l’engagement de chacun font la vitalité d’un réseau associatif.

« À quoi sert le Réseau des AMAP ? », c’est la question que nous avons entendue le plus souvent ces derniers temps !
Il convient de reconnaître que ces dernières années, les actions du réseau ont été plutôt confidentielles et que la faiblesse de l’investissement militant (4 à 5 années avec à peine 6 administrateurs, dont très peu de paysans) a largement contribué à cet état de fait. La nouvelle équipe, élue en juin 2015, s’est donnée pour mission de reconstruire la légitimité de l’association : nouveaux statuts, changement de nom, nouveau projet associatif ! Des effets de cette nouvelle dynamique sont déjà visibles : nouveau logo et bientôt nouvelle charte graphique, nouveau site Internet (mise en ligne d’outils pour les AMAP et les paysans), présence sur les réseaux sociaux, nouvelles actions (café AMAP, semences paysannes et gastronomie, etc…), travail sur la démarche d’amélioration des pratiques.
Pour répondre à cette question essentielle (à quoi sert une association ?), il ne faut toutefois pas perdre de vue qu’une association est à l’image de ses membres et de leurs investissements. Nous ne pouvons seulement attendre de l’équipe salariée des services qui nous seraient dus, nous devons être acteurs de ces services rendus aux amapiens et aux paysans en AMAP, et ne pas oublier que le mouvement des AMAP représente une alternative aux modèles dominants d’agriculture et de consommation et que, même minoritaires, nous sommes un mouvement citoyen de transformation sociale ayant vocation à devenir majoritaire, ce dont nous devons être fier !

Dans l’urgence, l’équipe dirigeante a donc pris les décisions qui s’imposaient en corrigeant la masse salariale (licenciement, non transformation de contrats aidés en CDI, baisse des temps de travail). Ces décisions difficiles au regard de la violence des conséquences sur les personnes, mais indispensables pour la survie du mouvement, doivent nous permettre de consolider l’association face aux nouvelles conditions que nous impose ce changement politique régional.

Nous sommes prêts à relever tous les défis malgré un contexte politique peu favorable, tant au niveau départemental qu’au niveau régional : élargissement du périmètre régional vers l’Auvergne, où il n’y a pas de réseau formalisé, mais où une quarantaine d’AMAP existe, monde agricole en crise et en souffrance… Pour réaliser cela, nous allons avoir besoin de vous, nous en appelons donc à toutes les AMAP, aux amapiens et aux paysans, pour permettre au Réseau Régional de continuer à agir et à se pérenniser que ce soit par un soutien financier plus conséquent (même ponctuel) ou par un investissement militant, et encore mieux, par les deux !

Administrateurs et salariés actuels sont prêts à venir vous rencontrer pour évoquer ces problèmes et imaginer des solutions nouvelles, n’hésitez pas à nous solliciter.

Nous vous tiendrons au courant régulièrement dès que nous en saurons plus sur ce qui nous attend. Nous sommes encore en phase de négociation, notamment pour la pérennisation des financements Région pour 2017 et les années suivantes. Il nous est cependant apparu important de vous tenir au courant avant leur achèvement.

Merci et à très bientôt,

Le Conseil d’administration se joint à moi pour souhaiter une longue vie aux AMAP et à nos idées.

Jean-François Baudin
Président du Réseau AMAP Auvergne Rhône Alpes