Retour sur les rencontres régionales 2022

Samedi 2 avril, en Ardèche du sud, nous nous sommes retrouvés, entre amapien·nes, paysan·nes, administrateur·ices, stagiaire et salariées pour nos rencontres régionales… et le seul endroit où il faisait beau c’était bien à Aubenas !

Émilie nous a accueillis dans ses serres maraîchères, au milieu des semis, pour nous expliquer sa démarche et clôturer ainsi la journée par un bol d’air frais.

Retrouvez ici le Procès Verbal d’AG.

previous arrow
next arrow
Slider

Compte-rendu de l’atelier 1 : Entre Boom des créations d’AMAP et baisse des adhérents : on fait quoi ?

Compte-rendu de l’atelier 2 : Quels soutiens pour les fermes en AMAP ?

Étude de cas : la réactivation d’une cagnotte solidaire pour faire face à un aléa sur la ferme

« Avoir été soutenu, ça m’a soulagé »

Une cagnotte solidaire c’est une association loi 1901 permettant de faire des prêts à taux 0 à des paysans mais qui est très encadrée juridiquement :

Conditions de réussite :

  • encadrement juridique,
  • reconduction tacite des prêts (c’est à dire qu’on propose dès le démarrage que les prêts servent à plusieurs projets, une fois remboursés à la cagnotte ils peuvent aider un nouveau projet)
  • proposer des dons et des prêts aux amapiens et aussi aux paysans
  • connaître bien le paysan bénéficiaire
  • un noyau solide de 3-5 personnes
  • un lien particulier tissé entre le paysan et un amapien.ne / un référent.e pour faire émerger la demande
  • former les référents/les AMAP
  • proposer un marrainage ou parrainage d’AMAP
  • en parler dès la création des AMAP comme une activité classique de l’AMAP
  • Démarrer la cagnotte même s’il n’y a pas de démande pour avoir la capacité de réagir rapidement
  • Etre très clair sur l’utilisation, des fonds et faire un contrat spécifique à chaque projet.

Conditions d’échec :

  • difficulté de formuler la demande pour certains paysans.paysannes
  • une gestion approximative des contrats

Propositions :

  • Des podcast qui racontent des vécus de cagnotteurs et de paysan.nes bénéficiaires
  • Diffusion large et répétée des informations sur les cagnottes et autres formes de soutien

Ressources : Mode d’emploi d’une cagnotte solidaire https://amap-aura.org/wp-content/uploads/2016/03/Kit-finance-solidaire.pdf

Récits d’expériences de cagnotte : https://amap-aura.org/type-de-experience/cagnotte-solidaire/

L’Assemblée Générale a validé la feuille de route à 3 ans et a travaillé collectivement sur la pétale Exister politiquement pour savoir quoi faire en priorité

Proposition 1 : Exister politiquement : en faisant plus du plaidoyer

Définition : Le plaidoyer c’’est interpeller les politiques et les citoyens et relayer nos positions dans les médias

Objectifs : Défendre l’ agriculture paysanne et tout ce qu’elle recoupe dans sa charte comme un modèle de société

Thématiques :

  • Des sujets de court terme : en réaction à l’actualité sanitaire, règlementaire, climatique..
  • Des sujets de long terme :
    • Renouvellement des générations agricoles et accès au foncier
    • Préservation des ressources : eau , biodiversité, fertilité des sols
    • LES AMAP : un projet de société

Avec quels moyens :

MIRAMAP pour une campagne nationale commune /an ?

En interne avec l’équipe

Avec qui ? Partenaires : Pour une autre PAC, INPACT, Conf’, partis ou autre pour une campagne /an

A destination de qui ? élus de tous les niveaux local, cantonal, régional, national

Proposition 2 : Exister politiquement : en étant représentatif sur les territoires et en créant un réseau de bénévoles

Différentes idées sorties sur la définition des 4 mots

  • Exister politiquement ==>
    • Actions symboliques
    • ZAD
    • Développer la lecture politique de nos actes en AMAP
    • Forger un projet politique
    • Occuper des sièges dans les différents structures
    • Être force de proposition
    • Proposer aux collèges le Kit AMAP en collèges
    • Connaître les PAT du secteur et y aller
  • Représentativité ==>
    • Représenter le mouvement des AMAP
    • Tous les territoires doivent être représentés ! Comment ?
    • Légitimité par l’exemple sur le terrain
  • Réseau ==>
    • Importance du liens à nourrir
    • Appeler un nombre d’AMAP suffisant pour leur demander de l’aide et rechercher les soutiens
    • Créer associer des paysan.nes en AMAP pour qu’ils aient une communication
    • Être lien avec les autres acteurs de l’Agriculture paysanne
    • Avoir un référent réseau dans chaque AMAP
    • Connaitre les MAP et les paysan.nes de son territoires
    • Demander à chaque AMAP qu’on accompagne d’être marrainne d’une AMAP qui se crée ou d’une autre
  • Bénévoles ==>
    • Participer au nom de son AMAP ou du réseau à des manifestations culturelles et agri-culturelles
    • La force du nombre : comment augmenter le poids politique à travers ce levier
    • Disponibilité des adhérents

Propositions d’actions à partir des mots clés  :

  • Mailler le territoires de bénévoles amapien·nes et paysan·nes en multipliant les occasions de faire réseau : Inter-AMAP, AMAP en Fêtes, interpellation, visite de fermes communes à plusieurs AMAP…
  • Écrire un projet politique issu de la charte des AMAP : notre feuille de route à 3 ans ?
  • Créer un label paysan en AMAP
  • Avoir un amapien référent de réseau
  • Interpeler les élus locaux
  • Créer des parrainages en s’appuyant sur les AMAP accompagnées par le réseau à leur création
  • Arrêter de dire que l’AMAP n’est pas politique

Exister politique en étant représentatif sur les territoires
et en créant un réseau de bénévoles

C’est améliorer et développer un maillage au plus près des AMAP (pour dynamiser le lien entre les AMAP et entre les paysan.nes

C’est formaliser notre existence politique en rédigeant un projet politique s’appuyant sur la charte

 

Proposition 3 : Exister politiquement : en augmentant le nombre de personnes accédant aux produits paysans

Définition – ce que ça évoque

  • Re-conscientisation des amapien.ne.s : AMAP dynamiques, amapien.ne.s fidèles, amassadeur.rice.s des AMAP.
  • Aller vers de nouveaux publics (étudiant.e.s, jeunes, personnes âges, personnes en situation de précarité) pour créer de nouvelles AMAP/augmenter le nombre d’amapien.ne.s dans les AMAP actuelles
    • Implique une accessibilité des contrats
    • Travailler sur l’offre : faire connaître le modèle AMAP aux paysan.ne.s
  • Porter un plaidoyer (cf. groupe 1)
  • Travail de partenariats pour aller vers des publics non convaincus (ex : assos aide alimentaire, epahd, jeunes, entreprises)
  • Accompagnement pour rendre les AMAP plus attractives (accueillir d’autres associations comme artisans du monde, diversifier les partenariats au sein d’une AMAP…)
  • Accompagnement pour rendre les contrats accessibles économiquement (avec collectivités, ou travail sur le tarif) et travail d’animation pour lever les freins (ateliers cuisine, décryptage du modèle AMAP…)
  • Interventions en CFPPA, lycées agricoles auprès des futurs paysan.ne.s
  • Communication sur le modèle AMAP (faire connaître, démythifier, donner envie) –et outillage des AMAP (site internet, réseaux sociaux, communication sur les outils existants, badges/accessoires pour rendre visibles les amapien.ne.s actifs qui peuvent renseigner, banderoles pour AMAP adhérentes)
  • Communiquer via les média, les moyens de communication institutionnels et les partenaires sur les territoires
  • Animation d’événements pour aller à la rencontre du plus grand nombre
  • Partage des « bonnes pratiques en AMAP »
    • Lors de la création d’AMAP
    • Lors de l’accompagnement des AMAP

(Ex : groupe whatsapp/signal au sein de l’AMAP, AMAP voisine marraine d’une création, 1 amapien référent RS)